logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Bilan du symposium dédié au changement climatique, à l’agriculture et aux forêts

Le symposium franco-allemand intitulé : “Changement Climatique, Agriculture et forêts”, s’est tenu le 7 mai 2014, dans l’auditorium de l’Ambassade de France à Berlin. Organisé à l’initiative du Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade, cette rencontre d’experts a permis de faire l’état des lieux des avancées scientifiques dans nos deux pays sur les thèmes concernés. Il a permis de tracer le chemin commun franco-allemand jusqu’à la COP 21 et faire naître une nouvelle initiative franco-allemande.


Résumé

Le symposium franco-allemand intitulé : “Changement Climatique, Agriculture et forêts”, s’est tenu le 7 mai 2014, dans l’auditorium de l’Ambassade de France à Berlin. Organisé à l’initiative du Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade, cette rencontre d’experts a permis de faire l’état des lieux des avancées scientifiques dans nos deux pays sur les thèmes concernés. En amont de la COP 21 à Paris, ce Symposium en a constitué l’un des évènements préparatoires. Il a permis de tracer le chemin commun franco-allemand jusqu’à la COP 21 et faire naître une nouvelle initiative franco-allemande.

 

 


Présentation du professeur Markus Reichstein, Institut Max Planck de Biogéochimie de Iéna
Crédits : Clément Guyot, SST Berlin

 
Le symposium du 7 mai 2014

 


En amont de la COP 21 à Paris, Le symposium a été conçu comme l’un des évènements préparatoires à la conférence. L’objectif était de créer une opportunité de présenter les derniers résultats de recherche concernant les changements climatiques et leurs interactions avec l’agriculture et la forêt, en France et en Allemagne. La discussion entre les chercheurs et l’échange avec le public (constitué des experts dans le domaine) ont été une occasion pour recenser les défis à venir et de définir le contexte de futurs partenariats franco-allemands.

 
Une centaine de personnes est venue assister à l’évènement. Les instituts de recherche et les universités étaient majoritairement représentés parmi le public. Plusieurs représentants du gouvernement allemand ont manifesté leur présence à l’occasion des sessions de questions (Bundestag, Ministère fédéral de l’alimentation et de l’agriculture). La conférence a été présidée par le professeur Jean-François Soussana, directeur scientifique Environnement de l’INRA, ainsi que par le professeur Markus Reichstein, directeur du département d’intégration biogéochimique à l’Institut Max Planck de Biogéochimie de Iéna.

 
Après les conférences d’ouvertures du Prof. Soussana et du Prof. Reichstein les participants ont bénéficié de dix présentations structurées en cinq sessions :
– Forêt, évènements climatiques extrêmes et bilan du carbone terrestre,
– Le bilan des gaz à effet de serre en agriculture et les changements climatiques,
– Les impacts des changements climatiques sur l’agriculture,
– La bio-économie, les services écosystémiques et le climat,
– La modélisation globale de la biosphère.

 
Dans chaque session, les “points de vue” français et allemand ont été présentés. Les scientifiques ont rappelé l’augmentation de la quantité de dioxyde de carbone dans l’atmosphère selon différents scénarios. Le professeur Reichstein a également précisé que cette croissance était linéaire en fonction des émissions mais que les effets sur le climat et les impacts sur l’environnement étaient quant à eux non-linéaires (perturbations des cycles de récolte, multiplication de ravageurs..). Le professeur Soussana a rappelé les résultats des rapports du GIEC, en particulier les observations montrant l’augmentation de la température moyenne, les variations des précipitations annuelles, la diminution de l’épaisseur des glaciers, l’augmentation du niveau de la mer et les impacts sur le rendement des cultures (exemple du blé) ou encore l’état aggravé des forêts.

 
Les présentations de chercheurs montraient principalement les résultats de modélisation à différentes échelles (régionale, continentale, global). Quelques exemples de sujets abordés sont: le rôle des évènements extrêmes et de la gestion sur la forêt, l’efficacité de différentes mesures d’atténuation de l’émission des GES, l’analyse du schéma triptyque : impacts du changement climatique sur l’agriculture – adaptation aux impacts – impacts de l’adaptation sur le changement climatique, l’analyse de l’effet compétitif entre l’utilisation du bois par le secteur de bio-énergie (bio-économie) et la nécessité de préservation des forêts, l’impact du changement climatique sur la biodiversité, la réponse de l’agriculture (impactée par le changement climatique) en terme de diminution des gaz à effet de serre couplée avec le modèle économique, l’interaction entre les cycle du carbone et de l’azote dans les conditions des changements climatiques.

 
Les différentes questions scientifiques soulevées pendant le symposium concernaient : les techniques de modélisation, les couplages entre les modèles, la gestion de l’incertitude dans la modélisation, la nécessité d’une meilleure compréhension de certains mécanismes et processus (ex : fin de vie d’un arbre dans une forêt).

 
En marge du Symposium

 


A l’occasion du symposium, le service SST de l’Ambassade a sollicité le Muséum d’Histoire Naturelle de Berlin, avec lequel il existe un long historique de collaboration. Le but était d’illustrer les thèmes de la conférence par un symbole à la croisée du climat, de l’agriculture et de la sylviculture. C’est la problématique des insectes ravageurs qui a été retenue. Les panneaux utilisés pendant le symposium exposaient des insectes qui tirent profit des changements climatiques, tout en ayant un impact de plus en plus conséquent sur la qualité ou quantité du bois et des récoltes.

 
Le Symposium a également été l’occasion de présenter quelques posters issus de l’exposition “Enquête sur le Climat / Den Klimawendel erkunden”. Cette exposition est le résultat d’un échange franco-allemand par des adolescents sur le thème du changement climatique. Ce projet, porté par l’Université Libre de Berlin (FU), est soutenu par le service pour la Science et la Technologie de l’ambassade.

 
Le service agricole du SER de l’ambassade s’est joint à la manifestation. En effet le symposium était l’occasion de présenter le projet national d’Agro-écologie lancé par Stéphane Le Foll en 2012. Ce projet vise à communiquer sur le dynamisme de l’agriculture française. En partenariat avec le Ministère de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt, la brochure “10 clefs pour comprendre l’agro-écologie” a été présentée à chaque participant avec une possibilité d’obtenir le document en français ou en anglais.

 
Enfin, l’accent a été mis sur le service de restauration. Le SST s’est efforcé de proposer aux invités un repas en adéquation avec les discours de la conférence, c’est à dire minimiser l’impact environnemental de l’évènement. Les participants ont pu ainsi apprécier des mets préparés avec des denrées locales et biologiques pour la plupart.
 


Présentation du professeur Gianni Bellocchi, INRA / UREP
Crédits : Clément Guyot, SST Berlin

 
Conclusions

 
Le symposium a montré la richesse et l’excellence de la collaboration franco-allemande dans les domaines liés au climat. Les chercheurs ont parlé d’une seule voix. Soucieux de la réussite de “la lutte” pour préserver la Terre ils se sont interrogés sur les nouvelles initiatives franco-allemandes à mettre en place. L’idée principale qui est ressortie des discussions concerne la thématique de l’adaptation.

 
Le symposium a été l’occasion de présenter les nombreux évènements organisés en amont de la COP 21. Les chercheurs devraient se retrouver à Madrid fin mai 2014 pour une conférence sur l’élevage, le changement climatique et la sécurité alimentaire, puis à Montpellier en mars 2015 pour la troisième conférence scientifique internationale sur l’agriculture intelligente face au climat. Ils ont également rendez-vous en juillet 2015, à l’UNESCO à Paris, pour une conférence de 4 jours intitulée “Our Common Future Under Climat Change”. Cette rencontre basée sur les synthèses du GIEC, leur servira à faire un dernier bilan avec 1300 autres scientifiques avant la FCCC COP 21/ CMP 11 (Conférence des Parties et réunion des Parties du Protocole de Kyoto) du 30 novembre au 15 décembre 2015, à Paris.

 

 

Sources :

Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France à Berlin en tant qu’organisateur de l’évènement

 

Rédacteurs :

Equipe du SST, Clément Guyot, clement.guyot@diplomatie.gouv.fr – http://www.science-allemagne.fr