logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Atelier franco-allemand sur les “Frontières de la recherche dans les maladies cardio-vasculaires”

Le Service pour la Science et la Technologie de l' Ambassade de France à Berlin a organisé ,le 25 Octobre dans la capitale allemande, le premier symposium franco-allemand sur les maladies cardiovasculaires en partenariat avec l’ITMO Circulation Métabolisme et Nutrition (ITMO CMN) d’aviesan (alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé) et le Max Delbrück Center (MDC) de Berlin, un institut de recherche de la Helmholtz.


Le service pour la science et la technologie de l'Ambassade de France à Berlin a organisé, le 25 Octobre 2012, dans la capitale allemande, le premier symposium franco-allemand sur les maladies cardiovasculaires, en partenariat avec l’ITMO Circulation Métabolisme et Nutrition (ITMO CMN) d’aviesan (alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé) et le Max Delbrück Center (MDC) de Berlin, un institut de recherche de la Helmholtz.

 

Ouvert par Walter Rosenthal (directeur du MDC) et Christian Boitard (directeur de l’ITMO CMN), l’atelier avait pour vocation de mieux faire connaître le savoir-faire des différents partenaires à la lumière des récentes réformes que le milieu cardio-vasculaire a connu en France et en Allemagne.

 

 

1 – Une restructuration apportant plus de visibilité

 

En parallèle à la création de l’ITMO CMN au sein d’aviesan qui vise à mieux coordonner et favoriser une approche programmatique commune, l’Allemagne a conduit une série d’initiatives pour restructurer sa recherche biomédicale. La plus emblématique est la création des centres nationaux de recherche en santé qui, avec 250 à 300 millions d’euros par an, servira à coordonner la recherche biomédicale autour de 6 pathologies et d’une centaine de centres hospitalo-universitaires (CHU) et dont nous avons eu l’occasion de rendre compte à plusieurs reprises.

 

À Berlin, le MDC constitue le nœud national du centre allemand de recherche sur les maladies cardio-vasculaires (DZHK) tout autant que le nœud local en réseau avec la Charité, l’Institut Robert Koch, l’Institut de Nutrition de Potsdam, l’institut de pharmacologie moléculaire et le centre de recherche en cardiologie de Berlin (CardioBerlin). La Charité est aussi récipiendaire d’un label de CHU de niveau mondial sur les accidents vasculaires, un programme identique aux IHU français créés dans le cadre des investissements d’avenir.

 

Avec l’ITMO CMN et le MDC, il a été possible de bâtir un programme scientifique en s’appuyant sur les meilleurs instituts français (PACC, ICAN – nouvel Institut Hospitalo-Universitaire créé dans le cadre des Investissements d’avenir, Collège de France, Institut du Thorax de Nantes…).

 

2 – Une approche scientifique illustrant le continuum des enjeux dans la recherche en cardio-vasculaire.

 

Intitulé « Frontières de la recherche pour les maladies cardio-vasculaires », le programme de la journée entendait présenter les plus récentes avancées en R&D dans notre compréhension des mécanismes moléculaires et cellulaires du développement des maladies cardio-vasculaires et leurs applications en recherche clinique pour développer une approche translationnelle.

 

De nouveaux concepts pour la prévention et les thérapies des maladies cardio-vasculaires ont été présentés par les différents partenaires. Par exemple, on peut citer les modifications du myocarde suite à une fibrillation atriale, les leçons apportées par l’épidémiologie des maladies cardiaques ou l’apport des cellules souches pour les thérapies cardiaques.

 

 

3 – Une présence marquée des jeunes chercheurs.

 

La conférence a voulu faire la part belle aux jeunes doctorants et post-doctorants de laboratoires français et allemands. Une trentaine de posters ont présenté les récentes avancées obtenues par de jeunes chercheurs et ont échangé avec les experts. L’objectif était de promouvoir de nouvelles collaborations en se basant sur l’intérêt des jeunes chercheurs pour les laboratoires étrangers et les programmes que le MDC ou cette ambassade promeuvent (bourses post-doc, Procope…).

 

C’est ce qui a servi de fil conducteur à la visite organisée au MDC pour rencontrer des jeunes chefs de groupe de recherche et la visite de plateformes technologiques innovantes (imagerie, biologie des systèmes).

 

4 – Prochaines étapes.

 

Avec le succès de cet atelier, il a été décidé de renouveler l’expérience en France sur le même principe (participation de jeunes chercheurs, thématiques de recherche fondamentale et appliquée…). Les étapes qui pourraient servir de feuille de route à la coopération franco-allemande dans le domaine de la recherche cardio-vasculaire sont : appel d’offre commun, échanges de post-doc sur projet conjoint, rapprochement des écoles doctorales avec échanges d’étudiants… Tout cela contribuera à renforcer le partenariat pour répondre aux appels d’offres européens d’Horizon 2020.

 

Le paysage de l’excellence de la recherche allemande dans le domaine cardio-vasculaire est largement réparti sur tout le pays. De se concentrer sur la ville de Berlin et de s’appuyer sur l’ITMO CMN a permis de renforcer un partenariat dont l’existence remontait à plusieurs années mais qui demandait un renouveau à la lumière des réformes que les deux pays ont vécues ces dernières années.

 

 

Le colloque franco-allemand s’inscrit à un moment où Berlin a entrepris un ambitieux projet de création du Berlin Institute of Health (nom provisoire) qui devrait assurer le rapprochement de l’hôpital universitaire Charité et du centre de recherche MDC. L’objectif de ce rapprochement est de permettre l’intervention du gouvernement fédéral par l’intermédiaire du ministre de la recherche et de l’enseignement (BMBF) dans une université (dépendant par la loi du Sénat de Berlin). Cette contrainte administrative pour répondre aux difficultés financières du CHU de la Charité, pourrait, avec les moyens supplémentaires promis, renforcer de manière très significative la composante translationnelle de la recherche biomédicale à Berlin en se focalisant sur un domaine innovant et prometteur de la recherche biomédicale et clinique, i.e. la biologie des systèmes appliquée à la médecine. Cette nouvelle approche sera le thème d’une autre conférence organisée par le SST à l’ambassade en novembre.

 

 

Source : SST Ambassade de France à Berlin

 

Rédacteur : Stéphane Roy