logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Sciences de la matière

25 ans de recherche sur le laser au Centre laser de Hanovre

Depuis sa fondation en 1986, le Laser Zentrum Hannover (LZH, Basse-Saxe) a démontré des compétences scientifiques de haut niveau, tant dans la physique fondamentale que dans la recherche interdisciplinaire plus appliquée, ainsi qu’un potentiel de transfert technologique élevé.

Cryptologie : un nouveau procédé qui sécurise les puces RFID

Un défi apparemment impossible a été résolu par le mathématicien Eike Kiltz, Chef du groupe de travail “Fondements et Applications de la théorie de cryptographie” à Bochum (Rhénanie du Nord-Westphalie). Il a développé avec une équipe internationale de chercheurs un processus d’authentification simple et totalement sécurisé pour l’immensité des puces RFID. Les chercheurs ont ainsi élucidé un problème jusqu’alors insoluble de la théorie du codage.

Du nouveau pour les cellules photovoltaïques : la capacité d’absorption de lumière par une molécule est désormais mesurable

Des mesures effectuées à l’Université de Bayreuth ont permis de mesurer la capacité d’absorption de la lumière par une molécule. C’est une avancée notoire pour le développement des cellules photovoltaïque organique qui trouvera rapidement application dans les recherches sur l’énergie solaire.

Création d’un institut germano-russe pour la recherche en physique des particules

Les directeurs du Centre Helmholtz de recherche en physique fondamentale DESY (synchrotron allemand d’électrons), Helmut Dosch et Edgar Weckert, ont signé une lettre d’intention pour la fondation de l’Institut germano-russe Ioffe-Röntgen (IRI) avec le directeur de l’Institut Kurchatov, Mihail Kovalchuk, le 23 mai 2011 à Moscou.

Des interrupteurs nanoélectroniques variables qui feraient plus que 0 ou 1

Dans un domaine de recherche jugé prioritaire par l’Allemagne, à la croisée des neurosciences et de l’électronique, des chercheurs de l’université d’Aix-la-Chapelle ont mis au point des nano-commutateurs qui fonctionneraient à l’image des cellules nerveuses. A long terme, ces cellules mémorésistantes permettront d’imiter voire de soigner les circuits neuronaux issus des cellules nerveuses du corps humain. Cela est dû à leur caractéristique unique d’être en mesure de stocker non seulement les valeurs de résistance des états ON et OFF (1 / 0), mais aussi d’être programmées pour toutes les valeurs intermédiaires.