5 décembre 2017

« Brine4power » : projet de stockage de l’énergie par réaction d’oxydoréduction

Un procédé, développé par l’institut Fraunhofer pour stocker l’énergie dans les couches de sel en profondeur, pourrait bientôt se révéler être une solution au défi de la transition énergétique. Si le projet est effectivement mis en place, il pourrait représenter la plus grosse batterie au monde.

 

Sur le territoire de la commune de Pfinztal, dans le Land de Bade-Wurtemberg, l’institut Fraunhofer pour le génie chimique vient de lancer un projet de nouvelle méthode de stockage de l’énergie. Actuellement encore au stade expérimental, cette technologie consiste en la mise en service d’une batterie « naturelle », basée sur un procédé salin, que viennent alimenter en électricité une éolienne et des modules solaires.

Ulrich Schubert, du Center for Energy and Environmental Chemistry de l’Université de Jena, a développé avec une équipe de chercheurs les matériaux permettant le fonctionnement de cette batterie, nommée « Redox-Flow ». Il s’agit notamment d’un nouveau polymère, capable d’attirer et de repousser les électrons, un procédé rendu possible et particulièrement stable dans un environnement saturé en sel.

D’où l’ambition, d’ici cinq ans, de transposer ce projet à plus grande échelle, sur le terrain. Par une réaction d’oxydoréduction faisant intervenir le nouveau matériau développé, on transformerait alors les dômes salins en batteries, capables de stocker une grande quantité d’énergie. Avec une capacité de 700 MWh et un rendement proche de 70%, elles permettraient en effet, selon le porteur du projet l’énergéticien EWE, d’alimenter en électricité jusqu’à 75.000 foyers par jour.

Les batteries sont une des méthodes de stockage de l’énergie les plus étudiées actuellement, présentant des avantages certains par rapport à d’autres procédés plus lourds en termes d’infrastructures (pompage-turbinage) ou moins efficaces (procédé de stockage de l’hydrogène notamment).

Le procédé Redox-Flow, expérimenté en Allemagne dès les années 1950, n’a pourtant jamais connu de réel succès, faute de composants disponibles et bon marché. Un problème que vient résoudre le nouveau polymère, créé par le partenariat entre EWE et l’université de Jena. A terme, cette technologie pourrait aussi trouver d’autres débouchés, dans l’industrie automobile notamment.

Plus d’informations : Janoschka, T., Martin, N., Martin, U., Friebe, C., Morgenstern, S., Hiller, H., … & Schubert, U. S. (2015). An aqueous, polymer-based redox-flow battery using non-corrosive, safe, and low-cost materials. Nature, 527(7576), 78-81 – https://www.nature.com/articles/nature18909

Source  : « So funktioniert die größte Batterie der Welt », Article du Spiegel Online, 23/11/2017 – http://www.spiegel.de/wissenschaft/technik/brine4power-so-funktioniert-die-groesste-batterie-der-welt-a-1179827.html

Rédacteur : Fabien Baudelet, fabien.baudelet[at]diplomatie.gouv.fr – www.science-allemagne.fr