19 janvier 2015

Découverte d’un nouvel antibiotique

De plus en plus de bactéries développent des résistances contre les antibiotiques, alors que peu de nouveaux antibiotiques arrivent sur le marché. La recherche de nouveaux médicaments contre les bactéries multi-résistantes constitue ainsi une urgence sanitaire.

 

De plus en plus de bactéries développent des résistances contre les antibiotiques, alors que peu de nouveaux antibiotiques arrivent sur le marché. La recherche de nouveaux médicaments contre les bactéries multi-résistantes constitue ainsi une urgence sanitaire.

Des candidats potentiels sont les inhibiteurs produits par des champignons et bactéries pour concurrencer les autres micro-organismes. Les scientifiques recherchent ainsi des bactéries jusqu’alors inconnues susceptibles de produire de nouveaux antibiotiques. Le taux de réussite de la découverte de substance réellement nouvelle est cependant très faible.

Une équipe de recherche internationale comprenant des chercheurs américains, anglais et allemands (de la clinique universitaire de Bonn -Rhénanie du Nord-Westphalie- et du Centre allemand de recherche en infectiologie -DZIF [1]-) y est cependant parvenue. Grâce à un dispositif de culture particulier, ils ont réussi à isoler des bactéries du sol jusqu’ici incultivables et inconnues. Jusqu’à présent, seul un pourcent des bactéries et champignons du sol étaient cultivables en laboratoire. Les chercheurs ont identifié parmi les espèces cultivées une bactérie (qu’ils ont nommée Elefhtheria terrae) produisant une substance, la teixobactine, très efficace contre un large spectre de bactéries gram-positives [2]. Cette substance ne semble pas causer de résistance d’après les pre miers tests.

Les scientifiques de l’Institut de microbiologie médicale, immunologie et parasitologie de la clinique universitaire de Bonn, qui appartiennent également au DZIF, ont ensuite étudié le mode d’action de cette substance : celle-ci inhibe la synthèse de la paroi bactérienne. D’autres antibiotiques agissent également de cette manière, comme la vancomycine. Mais contrairement à ces antibiotiques qui agissent en un point particulier de la paroi bactérienne, la teixobactine agit en plusieurs points simultanément. Cela explique pourquoi le nouvel antibiotique n’entraîne pas le développement de résistance.

La teixobactine a été testé avec succès chez la souris. Cependant, des essais cliniques sont encore nécessaires pour démontrer son efficacité chez l’homme.

Que cette substance mène au développement d’un nouveau médicament ou non, la technique de culture développée par les chercheurs pourrait permettre de trouver à l’avenir d’autres candidats potentiels pour des antibiotiques, contre des bactéries gram-positives ou gram-négatives.

[1] DZIF : Réseau de chercheurs dans le domaine des maladies infectieuses

[2] Bactéries gram-positives : Bactéries apparaissant mauves au microscope avec la coloration de Gram, et ayant une seule membrane (contrairement aux gram-négatives qui apparaissent roses et possèdent deux membranes).

Pour en savoir plus, contacts :

– Tanja Schneider – Institut de microbiologie médicale, immunologie et parasitologie de la clinique universitaire de Bonn, et DZIF – tél. : +49 228 73-5688 – email : tanja@mibi03.meb.uni-bonn.de
– « A new antibiotic kills pathogens without detectable resistance », Nature, DOI: 10.1038/nature14098

Sources :

« Forscher entdecken neuartiges Antibiotikum », communiqué de presse de l’Université de Bonn – 08/01/2015 – http://www3.uni-bonn.de/Pressemitteilungen/002-2015

Rédacteurs :

Rébecca Grojsman, rebecca.grojsman@diplomatie.gouv.fr – http://www.science-allemagne.fr