22 juin 2011

Un robot pour le contrôle non destructif des surfaces horizontales en béton armé

Jusqu'à présent, l'état de corrosion des grandes surfaces horizontales en béton armé ne pouvait être vérifié que ponctuellement avec des méthodes d'essais onéreuses. Il est désormais possible d'analyser l'usure du béton à moindre coût grâce au robot autopropulsé autonome BetoScan, comprenant des capteurs et instruments de mesures utilisant des techniques de contrôle non destructif.

En raison de l’intensité de la circulation dans les parkings souterrains et extérieurs ainsi que sur les ponts, ceux-ci sont soumis à des contraintes particulièrement élevées. En effet, les véhicules transportent de l’humidité, voire du sel au sein des édifices, et abîment le revêtement des voies de circulation, notamment par le biais des rejets de gaz d’échappement. Le processus d’usure est d’autant plus important si l’ouvrage est directement exposé aux conditions climatiques extérieures.

 

Jusqu’à présent, l’état de corrosion des grandes surfaces horizontales en béton armé ne pouvait être vérifié que ponctuellement avec des méthodes d’essais onéreuses. Il est désormais possible d’analyser l’usure du béton à moindre coût grâce au robot autopropulsé autonome BetoScan, comprenant des capteurs et instruments de mesures utilisant des techniques de contrôle non destructif [1]. BetoScan a été conçu par une équipe d’experts de l’Office fédéral de recherche et d’essais sur les matériaux (BAM – Berlin), de l’Institut Fraunhofer de méthodes d’essai non destructives de Sarrebruck (IZFP – Sarre) ainsi que de Petites et Moyennes Entreprises dans le domaine du contrôle non destructif.

 

Robot autopropulsé autonome BetoScan

© BAM

 

 

Ce robot de tests et d’analyses permet d’examiner des superficies sans obstacles de plusieurs centaines de mètres carrés par jour. Le robot peut effectuer différents types de mesures avec une densité par unité de surface élevée et enregistrer ces dernières selon leurs coordonnées spatiales. Parmi les possibilités offertes par l’appareil figurent :

  • l’enregistrement visuel (photographie numérique, en trois dimensions)
  • la mesure de l’état de corrosion (méthode reposant sur le potentiel électrochimique)
  • la caractérisation de la couverture du béton (ultra-sons, impact écho, détecteur d’armature)
  • la mesure des dommages structurels et des données climatiques (capteurs d’humidité et de température).

 

Selon les besoins, des techniques supplémentaires de mesures peuvent être intégrées dans le système.

 

Pour ses performances et ses applications pratiques, BetoScan a reçu un prix de 3.000 euros de la Société allemande en contrôle non destructif (DGZfP). BetoScan est un projet faisant partie du programme de soutien des réseaux innovants (Innonet) du ministère fédéral de l’économie et de la technologie (BMWi).

 

Pour en savoir plus, contacts :

  • [1] Plus d’informations sur les techniques de contrôle non destructif : http://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/mesures-analyses-th1/mesures-mecaniques-et-dimensionnelles-ti673/controle-non-destructif-cnd-r1400/
  • [2] Site internet du programme Innonet (en allemand) : http://www.vdivde-it.de/innonet
  • Site internet du projet « BetoScan » (en allemand) : http://www.betoscan.bam.de/de/

 

Source :

« Anwenderpreis für Entwicklungsteam von BetoScan », communiqué de presse de l’Office fédéral de recherche et d’essais sur les matériaux (BAM) – 17/06/2011 – http://www.bam.de/de/aktuell/presse/pressemitteilungen/pm_2011/pm07_2011.htm