logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Dossiers thématiques : Environnement & Energie

L'institut d’études avancées en développement durable (IASS) de Potsdam

L'institut d’études avancées en développement durable (Institute for Advanced Sustainability Studies, IASS) de Potsdam (Brandebourg) est une institution fondée en 2009 pour mener des recherches sur la climatologie, le système Terre et le développement durable selon une approche pluridisciplinaire (sciences naturelles, droit, sciences humaines et sociales…). Son objectif est de rassembler et fédérer des chercheurs internationaux pour influencer les discussions sur le climat au niveau mondial.

Etat des lieux de l'expérimentation animale en Allemagne

Le ministère fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) et l'office fédéral des statistiques publient chaque année les chiffres concernant la recherche animale en Allemagne.

L'exploitation des ressources minières sous-marines

Alors que la demande mondiale en matières premières minérales ne cesse d’augmenter, l’accès à de nouvelles ressources devient stratégique. Avec la diminution des stocks mondiaux de métaux, l’exploitation des ressources minérales marines (RMM) paraît être une solution pour sécuriser l’approvisionnement de pays comme la France ou l’Allemagne, actuellement dépendants, en grande partie, de l’importation.

Bioéconomie et chimie du végétal : état des lieux en Allemagne

Pour son fonctionnement, l'économie mondiale dépend de ressources non renouvelables, que ce soit pour l'approvisionnement en énergie (pétrole, charbon, gaz) ou en matières premières (industries extractives). Pour rompre cette dépendance à des ressources s'épuisant et dont la volatilité des prix dicte le tempo de l'économie, une nouvelle approche basée sur un approvisionnement renouvelable en matière première a été développé dans les années 2000, la bioéconomie. Elle a été définie par le Haut conseil à la bioéconomie allemand comme "la production et l'utilisation de ressources biologiques selon une approche scientifique pour proposer de manière durable des produits, des procédés et des services dans tous les secteurs de l'économie"1 . Cette vision cherche à remplacer les minerais et les ressources fossiles par de la biomasse (bois, plantes, résidus végétaux, déchets organiques…). Si ce concept se veut général, il touche tout particulièrement deux secteurs : celui de la chimie et de la préparation des matières premières (chimie du végétal) et celui de l'énergie (méthanisation, biocarburants). On peut cependant retrouver ses ramifications dans le génie civil, où la construction en bois reprend de l'importance, ou encore dans l'agriculture et la sylviculture du fait des nouvelles demandes en matières premières induites. L'industrie agroalimentaire "traditionnelle" est théoriquement incluse dans le champ de la bioéconomie, cependant dans l'optique de se concentrer sur les aspects les plus innovants portés par le concept de bioéconomie, celle-ci ne sera pas abordée dans le présent rapport.

Etat des lieux et perspectives de la géoingénierie en Allemagne et en Europe

L'ingénierie climatique (IC) a été l'objet une actualité importante en Allemagne avec la tenue d'un symposium scientifique international du 7 au 10 juillet 2015 et la publication du rapport européen d'évaluation de l'ingénierie climatique, EuTRACE, le 15 juillet 2015 à l'académie des sciences du Brandebourg (Berlin). Par ailleurs, le service pour la science et la technologie de l'ambassade de France en Allemagne s'est rendu à l'Institut d'études avancées en développement durable (IASS) de Potsdam (Brandebourg) pour discuter avec l'auteur principal du rapport EuTRACE, M. Stefan Schäfer, ainsi qu'avec d'autres experts, MM. Peter Irvine et Andrew Parker. Cette note propose une synthèse des informations recueillies au cours de ces évènements et de ces entretiens, mais aussi des informations issues d'une recherche bibliographique, pour définir un état des lieux de l'ingénierie climatique et de ses perspectives.

Graphiques : la production énergétique en Allemagne

Le stockage chimique de l'énergie : développement d'une filière hydrogène ou renforcement de la filière méthane ?

L’intermittence du vent et du rayonnement solaire constitue en Allemagne un point clef du débat énergétique. L'idée d’utiliser les excès de production d'électricité (en période de fort vent ou de fort rayonnement) pour alimenter les périodes de sous-production, revient à poser la question du stockage de l'énergie. Aucune solution n'existe aujourd'hui pour stocker durablement de l'électricité (sauf en petite quantité, dans les batteries). Il existe en revanche des possibilités de transformer l'électricité ainsi produite en une autre forme d'énergie. C'est le principe mécanique des stations de pompage turbinage par exemple.

Hydrogène et Stockage chimique de l'énergie en Allemagne : projets et partenaires

Adoption par le gouvernement fédéral du 6ème programme de recherche énergétique

Le gouvernement fédéral a adopté le 3 août 2011 un nouveau programme de recherche énergétique pour la période 2011-2014 qui, comme les programmes précédents, définit la politique de recherche de l'Allemagne dans le domaine de l'énergie. Ce 6ème programme, impliquant quatre ministères fédéraux - environnement (BMU), agriculture (BMELV), recherche (BMBF) et économie (BMWi) - est placé sous la responsabilité de ce dernier. Le 5ème programme avait été adopté en juin 2005 par la coalition rouge-verte du gouvernement Schröder qui avait également décidé la sortie du nucléaire en 2002. Les répartitions ministérielles et budgétaires du 6 ème programme, détaillées dans un document de 130 pages, s’inscrivent dans la continuité de celui-ci.

Bilan des conséquences de l’accident de Fukushima sur la politique énergétique allemande

L’accident de Fukushima a conduit, suite à un fort impact sur la population allemande, à une spectaculaire volte face du gouvernement allemand et à la mise en place d’un calendrier raccourci de sortie de l’énergie nucléaire (voir Info Berlin N°10 de mai 2011). Cette nouvelle lettre d’Info Berlin, fait le bilan en Août 2011, de l’avancement et des premières conséquences de cette nouvelle politique.

L’organisation de la recherche sur l’eau en Allemagne : nouvelles initiatives

Les répercussions du changement climatique sur l'eau sont nombreuses, les manifestations sont complexes et multiples et dépendent fortement des régions et des saisons. Elles ont, de plus, des impacts économiques, écologiques et sociaux souvent dramatiques.

Le projet Desertec (ou le solaire par concentration)

Qui a visité le désert, sait que sur une boite en tôle peinte en noir et laissée au soleil, on peut se faire cuire un œuf sur le plat ! La même boite remplie d’eau, avec quelques miroirs paraboliques pour augmenter l’intensité, va permettre de faire bouillir l’eau. Cette vapeur va alors faire tourner une turbine, qui produira du courant électrique. Un sel fondu sera utilisé comme liquide intermédiaire pour augmenter les niveaux de température et pour minimiser les volumes sous pression. C’est le solaire par concentration (voir Annexe 2).

OUVERTURE DES DISCUSSIONS SUR LA PROLONGATION DE LA DUREE DE VIE DES CENTRALES NUCLEAIRES ALLEMANDES

L’Allemagne compte aujourd’hui 17 réacteurs en opération répartis sur 12 sites et appartenant à 4 industriels : Eon, RWE, ENBW et Vattenfall. On notera que les deux réacteurs bouillants opérés par Vattenfall ont eu des incidents de fonctionnement en 2007. Ils sont arrêtés depuis cette date pour réparations et modifications. Les quinze autres réacteurs ont bien fonctionné en 2008 et 2009 avec des taux de disponibilité moyens de 90 % en 2008. Ces réacteurs avaient produit en 2008, 23,3 % de la production électrique allemande (à comparer aux 6,2 % de l’éolien et aux 0,6% du photovoltaïque.)

Evaluation des perspectives pour les Energies renouvelables en Allemagne

L'énergie ayant pour origine le soleil, le vent, la biomasse, l'eau et la géothermie pourrait couvrir d'ici 2050 plus de la moitié des besoins énergétiques de l'Allemagne. L'Allemagne pourrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'environ 20% par rapport à celles de 1990, à condition que les énergies renouvelables (EnR) continuent à se développer et que l'énergie produite soit utilisée de manière plus efficace. Telles sont les conclusions du "scénario de conduite 20091 ", établi par le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR)2 en coopération avec le Bureau d'études des énergies renouvelables (IfnE), dans le cadre d'un projet de recherche mené actuellement pour le compte du Ministère fédéral de l'environnement (BMU).

Scénario de conduite 2009 - Les énergies renouvelables à l'offensive

L'énergie ayant pour origines le soleil, le vent, la biomasse, l'eau et la géothermie pourrait couvrir d'ici 2050 plus de la moitié des besoins énergétiques de l'Allemagne. L'Allemagne pourrait réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'environ 20% par rapport à celles de 1990, à condition que les énergies renouvelables (EnR) continuent à se développer et que l'énergie produite soit utilisée de manière plus efficace. Telles sont les conclusions du "scénario de conduite 20091 ", établi par le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR)2 en coopération avec le Bureau d'études des énergies renouvelables (IfnE), dans le cadre d'un projet de recherche mené actuellement pour le compte du Ministère fédéral de l'environnement (BMU).

Desertec - Etat des lieux décembre 2009 - Rôle de l’Allemagne

L'idée du projet DESERTEC est née au sein d'un réseau mondial de scientifiques, de responsables et d'entrepreneurs, le TREC1 , qui l'a développée en collaboration avec la branche allemande du Club de Rome2 . TREC a participé à la réalisation de 3 études qui ont permis d’évaluer le potentiel des énergies renouvelables (EnR) dans les pays du Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), les besoins attendus pour 2050 en eau et en énergie de ces pays, et la faisabilité d’une construction d’un réseau de transport électrique entre l’UE et le MENA. Le Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR) a mené les trois études techniques, financées par le Ministère allemand fédéral de l'Environnement (BMU). Les études ‘MED-CSP’3 et ‘TRANS-CSP’ ont été conduites entre 2004 et 2006. L’étude ‘AQUA-CSP’ couvrant les aspects relatifs au dessalement solaire de l’eau de mer a été achevée fin 2007.

Contrat de coalition CDU/CSU-FDP - programme énergétique du futur gouvernement

Le programme du gouvernement CDU/CSU-FDP pose les bases d'une politique énergétique "libérée de toute idéologie", "ouverte à toutes les technologies" et à l’écoute des besoins du marché, intégrant davantage les enjeux de politique industrielle, environnementale et de compétitivité, avec un accent mis dans tous les domaines : électricité, chaleur, transport. Dans le courant de l’année 2010, la coalition compte proposer un nouveau concept énergétique fixant les lignes de conduite pour un approvisionnement en énergie propre, fiable et accessible financièrement, combinant l'augmentation de l'efficacité énergétique et un développement massif des énergies renouvelables (EnR), en remplacement des sources énergétiques conventionnelles, dans un mix énergétique dynamique. La coalition réaffirme aussi les engagements climatiques pris par le gouvernement précédent (-40% en 2020, par rapport à 1990).