logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Dossiers thématiques : Médecine & Santé

Centre allemand de recherche contre le cancer (DKFZ)

Le DKFZ a été fondé en 1964 et est un des 18 centres de recherche qui constitue la Helmholtz-Gemeinschaft. Jusqu’à aujourd’hui, deux chercheurs du DKFZ ont reçu le prix Nobel : le Prix Nobel de Médecine en 2008 pour le Pr. Harald zur Hausen et le Prix Nobel de chimie en 2014 pour le Pr. Stefan W. Hell.

L'e-santé en Allemagne

Le présent rapport vise à décrire la situation de l'e-santé en Allemagne. L'e-santé désigne l’application des technologies de l’information et de la communication (TIC) au domaine de la santé. Il s'agit d'un domaine très vaste et en pleine croissance, qui offre des possibilités intéressantes pour faire face au vieillissement de la population, aux déserts médicaux, ou encore pour développer la médecine personnalisée.

Etat des Lieux sur la Situation du « genome editing » en Allemagne

Au cours des dernières années, de nouveaux outils de biologie moléculaire ont été mis au point, et permettent désormais de modifier de manière précise le génome des organismes vivants : des "ciseaux moléculaires" arrivent à reconnaître certains domaines définis du génome, sont capables de couper l'ADN de manière contrôlée, et contribuent ainsi à une ingénierie du génome ciblée (modification du matériel génétique existant ou introduction de nouveau matériel génétique). La technique de modification génétique "CRISPR-Cas9" notamment est en train de révolutionner la biologie moléculaire. Cette méthode, présentée en 2012 par la française Emmanuelle Charpentier et l'américaine Jennifer Doudna, permet d’apporter des modifications précises et ciblées à un génome, et ce bien plus rapidement et précisément que les techniques de génie génétique utilisées jusqu'à présent.

Phänomics - une initiative de recherche pour la santé et le bien-être animal en Allemagne

Suite aux recommandations émises par le conseil pour la bio-économie allemand (BioÖkonomieRat1 ) et les annonces d’un budget de 2,4 milliards d’euros pour les six prochaines années (60% sur projets, 40% sur fonds institutionnels pour les organismes)2 , le ministère pour l’enseignement et la recherche (BMBF) a décliné sa stratégie nationale pour la bio-économie et leur vision à 2030.

PROGRAMME CADRE DE RECHERCHE EN SANTE

En décembre 2010, le Ministère fédéral de l'enseignement et de la recherche (BMBF) a dévoilé son programme cadre pour la recherche en santé pour les huit prochaines années. Il prévoit d’investir dans ce domaine la somme de plus d’un milliard d’euros en 2011 et de plus de 5,5 milliards d’euros pour la période de 2011 à 2014.

LA MEDECINE PERSONNALISEE EN ALLEMAGNE

Le service pour la science et la technologie de l'ambassade de France à Berlin a organisé une mission exploratoire dans le domaine de la médecine personnalisée en Allemagne. Ce concept en devenir prévoit l'adaptation des thérapies à chaque patient en se basant sur son patrimoine génétique et son historique clinique. L’objectif est d’ici 10 à 20 ans de développer une médecine prédictive, préventive et largement participative quand il est connu que 30 à 80% des patients peuvent ne pas tirer bénéfice de certains médicaments.

LA BIOLOGIE DES SYSTEMES EN ALLEMAGNE

La biologie des systèmes représente un domaine nouveau de la biologie qui pourrait potentiellement avoir des applications importantes en recherche biomédicale et en ingénierie biologique. En combinant des approches expérimentales et in silico (analytiques et modélisation), la biologie des systèmes offre la possibilité d’avoir une vraie compréhension du fonctionnement et des interactions des organismes vivants à tous les niveaux de leur organisation (moléculaire, sub-cellulaire, cellulaire, tissulaire…).

Rapport de la société Ernst & Young sur le secteur des biotechnologies en Allemagne

Selon le treizième rapport sur les biotechnologies de la société d'évaluation et de conseil Ernst & Young1 , basé sur les observations de l'année 2011, le secteur des biotechnologies poursuivrait sa croissance de façon stable en Allemagne. En 2011, les entreprises de biotechnologie possédant leur siège social en Allemagne ont ainsi pu accroître leur chiffre d'affaires de 10% pour atteindre 1,09 milliard d'euros. Le nombre d'employés du secteur a également augmenté de 4% pour aboutir à 10.000, alors que le nombre d'entreprises, 397, était légèrement inférieur à celui de l'année précédente (403). Une tendance stable à la hausse est donc observée, malgré des valeurs de financement nettement détériorées : l'afflux de capitaux a diminué de 71%, passant de 441 à 130 millions d'euros.

Centre allemand de recherche en pneumologie : premier bilan

Le mardi 27 mars 2012 à Berlin, le Centre allemand de recherche en pneumologie (DZL) inauguré en 2011 dans le cadre de l'initiative "Centres allemands de recherche en santé"1 (DZG) a organisé une conférence de présentation du DZL et de ses premiers résultats. Un médicament anticancéreux efficace dans l'hypertension artérielle pulmonaire, le développement de poumons artificiels pour les soins intensifs et des travaux sur les causes de l'asthme infantile ont été présentés par des chercheurs, respectivement de Giessen (Hesse), Hanovre (Basse-Saxe) et Munich (Bavière).

Première retraite scientifique franco-allemande sur les maladies pulmonaires.

Les maladies pulmonaires constituent l’un des enjeux majeur de santé publique dans les pays industrialisés et, plus récemment, dans les pays émergents. Elles représentent directement ou indirectement la deuxième cause de décès dans le monde. A titre d’exemple, 10% des adultes et 35% des enfants à l’échelle mondiale souffrent d’asthme ou de maladies respiratoires allergiques. Rien que pour l’asthme, cela représente 235 millions d’enfants et un coût annuel pour les politiques de santé de 14 milliards d’euros. S’il est maintenant connu que des facteurs génétiques et environnementaux sont responsables du développement des maladies respiratoires, les degrés d’interaction entre eux nécessitent d’être approfondis pour expliquer la susceptibilité aux maladies respiratoires et l’accroissement de leur incidence.

Le biocluster de Heidelberg

La région de Heidelberg fait remonter la création de son cluster en biotechnologie aux années 1990 où BioRegio, la compétition au niveau fédéral dotée d’un financement de 25 millions d’euros par pôle, avait fait émerger la Rhénanie du Nord – Westphalie, le Bade-Wurtemberg (Heidelberg) et la région de Munich comme biopôles. Le programme BioRegio avait comme objectif de générer de nouvelles start-ups. La mise en place d’une structure pour répartir l’argent fédéral a conduit à la création de BioRhein-Neckar (BioRN) comme association des industriels de la région. Cette structure a aidé jusqu’à une trentaine de start-up dans le domaine des biotechnologies, crées entre 1996 et 2001.

Création d’un "Consortium national de recherche transversale sur le cancer"

L’Allemagne veut se doter d’un environnement optimal pour la recherche transversale sur le cancer, et accélérer ainsi le transfert du résultat de recherche en laboratoire au quotidien hospitalier. Dans ce contexte, la Ministre fédérale de la recherche, Annette Schavan, le Président de la Fondation allemande de lutte contre le cancer (Deutsche Krebshilfe), Friedrich Carl Janssen, et le Directeur du Centre allemand de recherche sur le cancer (DKFZ), le Prof. Otmar Wiestler, ont présenté le 9 juin 2009 à Berlin le "Consortium national de recherche transversale sur le cancer".

La maturation des projets en recherche biomédicale – une initiative de la société Max Planck Le Lead Discovery Center GmbH

L’ensemble des pays engagés dans une recherche biomédicale de qualité se sont tournés vers le devenir de leurs résultats scientifiques et, en particulier, la traduction des découvertes faites dans leurs laboratoires en nouvelles thérapies, nouveaux diagnostics et nouveaux médicaments. Ce transfert revêt une importance considérable parce que les résultats scientifiques sont souvent à un niveau de maturation qui n’intéresse pas les industriels et les initiatives se sont multipliées pour combler ce fossé dans le développement technologique.

Centres nationaux de recherche en santé : Annonce des quatre derniers centres

Le Ministère de la recherche et de l’enseignement allemand (BMBF) a, depuis juin 2009, lancé une initiative d’envergure pour structurer la recherche en santé dans le pays1 . Les centres nationaux de recherche en santé (Deutsche Zentren der Gesundheitsforschung) sont axés autour de quelques pathologies majeures et s’appuient sur la communauté de recherche Helmholtz (HGF) qui a été chargée de l’évaluation, de la coordination et de la répartition des moyens financiers au sein de ces réseaux. HGF devrait disposer pour cela d’une enveloppe totale de 1,6 milliards d’euros sur 10 ans, financée à 90% par le BMBF et à 10% par les Länder concernés.

La Cohorte Helmholtz, étude épidémiologique à grande échelle

La Communauté des centres de recherche Helmholtz a organisé le 13 novembre 2009 une présentation informative de son projet d’étude de cohorte : la « Cohorte Helmholtz ». M. Gazlig, responsable des relations publiques de la Helmholtz à Berlin, et le Prof. Wichmann, épidémiologue à l’Institut Helmholtz de Munich et coordinateur avec le Prof. Kaaks (DKFZ) de la cohorte, ont présenté dans les grandes lignes ce projet d’étude épidémiologique à grande échelle.

Heidelberg, un profil à dominante Santé

Heidelberg se place en troisième position des pôles allemands dans le domaine des sciences de la vie et de la santé selon le classement de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), derrière Berlin et Munich. La ville bénéficie en effet d’un réseau dense d’instituts actifs dans ce domaine, dont certains de renommée internationale, comme le Centre allemand de recherche sur le cancer (DKFZ) et le Laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL). Les collaborations sont nombreuses entre ces instituts et la prestigieuse Université Ruprecht Karl d’Heidelberg, ainsi que l’Institut Max Planck de recherche médicale et le tout nouveau Centre de thérapie par faisceau ionique d’Heidelberg (HIT).

Les réseaux de compétence dans le domaine de la médecine en Allemagne

Il y a 10 ans, le Ministère fédéral de l'enseignement et de la recherche (BMBF) créait les premiers réseaux de compétence en médecine (Kompetenznetze in der Medizin). Cette initiative était née alors de l’observation qu’il y avait certes de nombreux excellents instituts de recherche médicale en Allemagne, mais que ceux-ci ne coopéraient que très peu entre eux.

Prise en charge de la drépanocytose en Allemagne

Le nombre de patients atteints de drépanocytose en Allemagne est beaucoup moins important que celui en France. Il est estimé à environ 1.500 personnes. Ce nombre très peu élevé ne justifie pas un engagement politique particulier concernant la prise en charge de la maladie.

Mise en service d’un nouvel appareil d’imagerie médicale hybride IRM-TEP au Centre de recherche de Jülich

Un appareil d'imagerie médicale unique au monde a été mis en service au Centre de recherche de Jülich (FZJ) et inauguré officiellement le 29 avril 2009 par Thomas Rachel, Secrétaire d’Etat parlementaire au Ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche (BMBF), et par le Prof. Andreas Pinkwart, Ministre de l’innovation de la région Rhénanie du Nord-Westphalie.

Le projet d’imagerie médicale Iseult

Le projet Iseult est un projet de recherche franco-allemand qui vise à développer de nouveaux produits de contraste pour l’imagerie neurologique à très hauts champs en IRM. L’utilisation de cette technique permet d’ouvrir de nouvelles voies dans le diagnostic et la thérapie des pathologies du cerveau (Alzheimer, accident vasculaire cérébral, tumeurs cérébrales).

Prévention des risques épidémiologiques et des crises sanitaires en Allemagne

Depuis 2001, le BMBF soutient la création de cursus universitaires dans le domaine de l’épidémiologie à Berlin (TU), Bielefeld et Munich (LMU) à hauteur de 1,3 million d’euros. Quasiment tous les projets de recherche que le BMBF choisit de financer comprennent des études épidémiologiques. De plus, le BMBF soutient directement de nombreuses études épidémiologiques afin de renforcer le domaine de recherche de l’épidémiologie infectieuse en Allemagne. A titre d’exemple, il a consacré 5,6 millions d’euros à un réseau de recherche sur l’épidémiologie infectieuse (infections liées à l’alimentation, infections respiratoires chez l’enfant et infections nosocomiales).

Présentation de la Charité - Hôpital universitaire de Berlin

La Charité, fondée en 1710, compte parmi les hôpitaux les plus anciens d’Allemagne. Cette institution est actuellement une des plus grandes cliniques universitaires en Europe. Sa mission se décline en recherche, enseignement, et soins médicaux.

Eléments d'information sur la bioéthique en Allemagne

L'encadrement juridique de la procréation artificielle en Allemagne repose essentiellement sur la loi sur la protection de l'embryon (13 décembre 1990), que complètent les recommandations de la Chambre fédérale des médecins, qui n'ont cependant pas valeur de loi.

L'Institut de neurosciences et de médecine du Centre de recherche de Jülich

L'Institut de neurosciences et de médecine (INM, anciennement Institut de neurosciences et de biophysique, INB) du Centre de recherche de Jülich (FZJ) vise à étudier la structure et les fonctions du cerveau humain sain mais aussi malade. L'institut a pour but de développer de nouvelles techniques de prévention, de diagnostics et de traitements dans le domaine des maladies neurodégénératives. L'institut compte plus de 150 chercheurs qui ont produit près de 200 publications scientifiques pour l'année 2008.

La recherche en Santé des organismes de recherche publics allemands

L'Allemagne compte 4 grands organismes de recherche publics disposant d’une autonomie de gestion et bénéficiant de financements conjoints Etat Fédéral/Länder. Leurs champs de recherche sont pluridisciplinaires et leurs missions complémentaires.

Financement de la recherche sur le cancer en Allemagne

Les maladies cancéreuses représentent en Allemagne la 2 e cause de mortalité après les maladies cardiovasculaires : le cancer est responsable d'une mort sur quatre. On compte actuellement entre 4 et 5 millions d'allemands touchés par le cancer, avec entre 330.000 et 380.000 nouveaux cas par an. Malgré les nouvelles découvertes, les nouveaux traitements et le suivi de programmes de dépistage précoce, les maladies cancéreuses représentent encore un défi majeur pour la recherche biomédicale. Le Ministère fédéral de l'enseignement et de la recherche soutient fortement la recherche sur le cancer, et en particulier le développement de thérapies innovantes, en plus de l'amélioration continue des méthodes de diagnostic et de thérapie existantes. Parmi les nouvelles approches soutenues, on peut citer par exemple la stimulation des défenses immunitaires propres contre les cellules cancéreuses maligne, ou bien la thérapie génique somatique.

Centres allemands de recherche en santé : une nouvelle initiative pour structurer la recherche en santé allemande

Le Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur allemand (BMBF) a depuis juin 2009 lancé une série d’initiatives d’envergure pour structurer la recherche en santé. En créant les centres allemands de recherche en santé (Deutsche Zentren der Gesundheitsforschung), la Ministre fédérale, Mme Schavan, met en place de nouvelles structures nationales qui réorganiseront la recherche de son pays autour de quelques pathologies majeures. L’objectif est de développer la recherche en santé de façon stratégique et structurée et ce sur le long terme.

Centres intégrés de recherche, de soins et d’enseignement à vocation internationale IFB

L’Allemagne s’est dotée en 2007 d’un plan stratégique pour définir ses priorités en matière de recherche dans le domaine de la santé. L’objectif était de définir les axes qui favoriseraient des avancées majeures en recherche médicale, produiraient des améliorations notoires en diagnostic, thérapie et prévention et agiraient comme moteur de la croissance en facilitant le développement de nouveaux produits. Ce plan stratégique a été rédigé en faisant appel à six groupes de travail comprenant chacun une centaine de représentants de la science (fondamentale, épidémiologie, clinique, santé publique…) et de l’industrie. Ces groupes analysèrent les réponses à un questionnaire rendu par plus de 1000 personnes. Si le questionnaire s’était focalisé sur l’identification de nouvelles pistes de recherche, les groupes de travail ont eu la tâche d’évaluer ces idées et propositions au regard de leur contribution innovante pour la recherche, des avancées en matière de soins et des opportunités pour le développement économique. Ce plan stratégique a servi de base à la définition de nouvelles priorités de financement et d’une nouvelle structuration de la recherche confiée au Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur (BMBF).

LA RECHERCHE SUR L'OBESITE EN ALLEMAGNE

Ce rapport présente les résultats d'une mission effectuée en avril 2010 sur l’organisation de la recherche sur l’obésité en Allemagne dans le cadre d’une étude menée par l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST). Il s'appuie sur le contenu des entretiens réalisés dans les grands centres de recherche allemands universitaires (universités de Duisburg-Essen, de Bonn, de Cologne, de Leipzig, école supérieure médicale de Hanovre et université technique de Munich) et extra-universitaire (institut allemand de recherche nutritionnelle de Potsdam-Rehbrücke, institut Robert Koch), ainsi que les ministères concernés (Ministère fédéral de la santé, Ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche).

Le biocluster de Munich

La région de Munich se positionne comme l’un des leaders européens dans le domaine des biotechnologies médicales. Le récent partenariat de recherche (2008) entre MorphoSys et Novartis pour un montant de € 400 millions illustre bien le dynamisme scientifique et technologique de cette région. La Bavière reste par ailleurs une région phare des biotechnologies en Europe avec des classements oscillant entre la deuxième place1 et la septième place2 européenne, en tout cas en tête des régions allemandes.

GO-Bio, programme de maturation dans le domaine des biotechnologies

La valorisation et le transfert des résultats de la recherche en biologie constituent un enjeu majeur pour développer une industrie des biotechnologies prospère et solide. Ils répondent à la nécessité de transformer une invention en innovation, un processus long qui constitue souvent une passerelle entre deux cultures pas toujours facile à établir, celle de la recherche académique et celle des enjeux industriels. Tout comme la France, l’Allemagne est confrontée à la difficulté de faire émerger les résultats de recherche en biologie ayant atteint une maturité suffisante pour intéresser des investisseurs potentiels. Ce document décrit un mécanisme mis en place par le ministère de l’enseignement et de la recherche allemand qui s’attache à développer l’innovation en biotechnologie et le positionne dans le paysage des biotechnologies.

Eléments d'information sur la bioéthique en Allemagne

L'encadrement juridique de la procréation artificielle en Allemagne repose essentiellement sur la loi sur la protection de l'embryon (13 décembre 1990), que complètent les recommandations de la Chambre fédérale des médecins, qui n'ont cependant pas valeur de loi.