Atelier bilatéral franco-allemand le 7 mai 2014 à Berlin

La recherche dans les lander allemands

Symposium bilatéral franco-allemand: Changement Climatique, Agriculture et Forêt , 7 Mai 2014, Berlin

Le Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France à Berlin ainsi que ses partenaires, l’institut Max Planck pour la Biogéochimie à Jena et l’INRA à Paris, organisent un symposium bilatéral « Changement climatique, agriculture et forêt ». En amont de la COP 21 à Paris, il en constitue l’un des évènements préparatoires. L’objectif de ce symposium est à la fois de stimuler l’élaboration d’une expertise pertinente sur la thématique du climat et de développer les échanges sur les connaissances scientifiques récentes

Coopération scientifique entre l´Allemagne et la Corée du Sud

L’Allemagne est le quatrième partenaire économique de la Corée du Sud (et le premier européen). La collaboration sur le plan de la science et de la technique fut institutionnalisée après un accord gouvernemental le 11 avril 1986. De plus, la Corée du Sud a consacré 4.4% de son PIB à la R&D en 2012, notamment vers les technologies de l’information et de la communication.

La coopération scientifique entre Allemagne et Israel

La coopération scientifique germano-israélienne est multiple et revêt une importance particulière pour l’Allemagne. Cette coopération a débuté dans les années 60 et a été mise à l’honneur en 2008 par le biais de l’année germano-israélienne de la science. Le thème porteur de cette année a été les sciences humaines et le soutien aux réseaux de chercheurs bilatéraux.

Lancement d’un programme sur la voiture intelligente

L’Agence allemande de moyens pour la recherche (DFG) a nommé Christoph Stiller, de l’Institut technologique de Karlsruhe (KIT, Bade-Wurtemberg), coordinateur d’un programme de recherche prioritaire (SPP), baptisé « L’automobile interagissant de manière coopérative. » Le thème de l’automobile intelligente et communicante représente un champ de recherche important en Allemagne, pays fort de 44 millions de voitures. En effet, cette technologie permettrait de limiter les accidents et les 300.000 personnes blessées et tuées annuellement. Elle permettrait aussi de s’adapter à une population vieillissante, qui désire toujours être indépendante.

Des robots pour l’industrie 4.0

Le projet européen VALERI (Validation of advanced, collaborative robotics for industrial applications) vise à développer des robots pour l’industrie aéronautique. Ces robots devraient décharger l’homme des tâches les plus monotones et ne viseraient pas à le remplacer sur la chaîne de fabrication. L’Institut Fraunhofer de production et d’automatisation (IFF) de Magdebourg (Saxe-Anhalt) dirige le projet, qui est financé à hauteur de 3.6 millions d’euros par la Commission Européenne.

Optimiser l’utilisation des matières premières

L’Université Carl von Ossietzky d’Oldenbourg (Basse-Saxe) a récemment lancé un nouveau groupe de recherche, baptisé « Cascade Use » [1], et dont les travaux portent sur l’amélioration de l’usage des matières premières. Mené essentiellement par de jeunes scientifiques, ce projet de recherche vise à trouver des moyens pour augmenter la durée de vie et l’utilisation des matières premières. Ceci passe notamment par l’intégration de cette problématique dans les différents cycles de vie des produits.

De l’hydrogène à partir de la lumière du soleil

En seulement trois ans, les partenaires de recherche du projet européen PECDEMO veulent développer un système pratique convertissant plus de 8% de l’énergie solaire en hydrogène. Cela pourrait signifier une percée pour les applications pratiques. Roel van de Krol, qui dirige l’Institut pour les carburants solaires au Centre Helmholtz de Berlin (HZB), coordonne le projet.

Publication du rapport 2013 sur l’énergie éolienne en Allemagne

Le marché éolien terrestre outre-Rhin est dominé par les éoliennes d’une puissance de 3 à 5 MW. Avec un diamètre de rotor de 82 m à 120 m, les dimensions de l’éolienne moyenne ont augmenté. Côté éolien en mer, les parcs Riffgat et Bard Offshore ont été réalisés. Sept autres parcs sont en construction, pour une puissance totale de plus de 2000 MW. Les parcs en mer allemands déjà terminés à ce jour, Alpha Ventus, Baltic 1, Bard Offshore et Riffgat, ont une capacité installée combinée de près de 620 MW. Ainsi, la capacité éolienne en mer en Allemagne a presque doublé par rapport à 2012.

Nouveau programme fédéral de soutien aux économies d’énergie dans la production industrielle

L’industrie est l’un des secteurs les plus consommateurs d’énergie. En Allemagne, un tiers de l’énergie est utilisée sous forme de chaleur ou d’électricité pour faire fonctionner des centrales et produire des biens et produits. Dans de nombreux cas, des économies d’énergie sont possibles avec l’utilisation de procédés de production modernes. Un programme de financement du Ministère fédéral de l’économie et de l’énergie (BMWi) vient d’être lancé en ce sens. Il est supervisé par le porteur de projets de l’Institut technologique de Karlsruhe (KIT, Bade-Wurtemberg). Dans ce cadre, les coûts supplémentaires pour l’utilisation de technologies économes en énergie dans la production industrielle seront subventionnés proportionnellement à la taille des structures.

     continuer la lecture des articles »

les nuisances sonores de Berlin Schönefeld

Dardesheim un village renouvelable

Reconnaissance d'empreintes digitales