logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Rapport VDE sur l’industrie allemande

Le nouveau rapport de tendances de l’Association de l’électrotechnique, de l’électronique et des technologies d’information (VDE), qui a enquêté auprès des 1.300 entreprises et établissements d’enseignement supérieur membres de l’association, met en avant les forces et faiblesses de l’industrie allemande du secteur dans les années à venir.


Le nouveau rapport de tendances de l’Association de l’électrotechnique, de l’électronique et des technologies d’information (VDE), qui a enquêté auprès des 1.300 entreprises et établissements d’enseignement supérieur membres de l’association, met en avant les forces et faiblesses de l’industrie allemande du secteur dans les années à venir.

 

Les principales conclusions du rapport :
– L’électrotechnique et les technologies de l’information sont des moteurs de croissance pour l’Allemagne.
– L’industrie 4.0 tarde à se mettre en place.
– Le problème du manque d’ingénieurs en Allemagne se pose de manière de plus en plus aiguë.

 

L’année 2012 a été une année record pour le secteur, à tel point qu’il paraît difficile de pouvoir faire mieux en 2013. D’autant plus que plus des trois quarts des entreprises interrogées ne pensent pas changer leurs dépenses de R&D cette année, au vu de la conjoncture économique générale. Cependant, pratiquement aucune ne pense les diminuer, contrairement aux établissements d’enseignement supérieur, dont un tiers craint de voir leurs financements primaires réduits, avec des conséquences potentiellement négatives sur leurs marges de manoeuvre. Les universités se disent cependant plus optimistes sur les perspectives de croissance de leurs financements tiers, ce qui souligne les bonnes relations entre universités et entreprises.

 

Les entreprises sont néanmoins relativement optimistes sur les perspectives d’évolution. 61% sont en effet convaincues que l’Allemagne, grâce à son bon positionnement technologique, va renforcer sa situation économique. Les impulsions les plus fortes en ce sens proviennent des domaines de l’efficacité énergétique, des réseaux intelligents et de l’électromobilité : techniques énergétiques, batteries, techniques de stockage, automatisation, TIC, microélectronique… La position de l’Allemagne est soutenue par le haut niveau de formation ainsi que les capacités d’innovation du secteur, mais le manque de personnel est un problème majeur. L’acceptation auprès du public des grands projets et des lois dans les secteurs technologiques est également à améliorer.

 

73% des répondants pensent que l’industrie 4.0, c’est-à-dire l’interconnexion des machines, des sites et des processus de production, permettra de renforcer l’économie allemande. Cependant, d’après 80% des entreprises, sa réalisation ne pourra pas se faire avant 2025, les difficultés à résoudre étant encore nombreuses : problèmes de sécurité informatique, manque de normes et de standards, besoin de personnel qualifié. Les établissements d’enseignement supérieur ne seraient actuellement pas suffisamment préparés à cette transformation de l’industrie et doivent pallier à ce manque le plus vite possible. Les branches qui devraient le plus profiter de l’industrie 4.0 sont l’automobile, le génie mécanique, l’électrotechnique et les TIC.

 

 

Pour en savoir plus, contacts :

Melanie Unseld, service de presse, VDE – tél. : 004969 6308461 – email : melanie.unseld@vde.com

 

Sources :

– “VDE-Studie: Industrie 4.0 lässt vorerst auf sich warten”, dépêche idw, communiqué de presse de VDE – 08/04/2013 – http://idw-online.de/pages/en/news527156
– “VDE-Studie: Elektro- und IT-Branche verhalten optimistisch”, dépêche idw, communiqué de presse de VDE – 08/04/2013 – http://idw-online.de/de/news527130
– “VDE-Studie: Fachkräftemangel erfasst zunehmend Hochschulen”, dépêche idw, communiqué de presse de VDE – 08/04/2013 – http://idw-online.de/pages/en/news527168

 

Rédacteurs :

Elodie Parisot, elodie.parisot@diplomatie.gouv.fr – http://www.science-allemagne.fr