logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Projet européen de développement d’un exosquelette pour l’industrie

Lancé en septembre 2013, le projet européen “Robo-Mate” de développement d’un exosquelette portable et guidé par l’homme vise à améliorer la sécurité au travail et à améliorer la productivité dans un contexte industriel. Douze partenaires académiques ou industriels issus de sept pays européens participent au projet. Parmi eux, on compte l’Institut Fraunhofer d’ingénierie industrielle (IAO) de Stuttgart (Bade-Wurtemberg).


Lancé en septembre 2013, le projet européen “Robo-Mate” de développement d’un exosquelette portable et guidé par l’homme vise à améliorer la sécurité au travail et à améliorer la productivité dans un contexte industriel. Douze partenaires académiques ou industriels issus de sept pays européens participent au projet. Parmi eux, on compte l’Institut Fraunhofer d’ingénierie industrielle (IAO) de Stuttgart (Bade-Wurtemberg).


Croquis de l’exosquelette Robo-Mate
Crédits : CRF (Centro Ricerche Fiat)


Cet exosquelette devrait venir en aide à des opérateurs dans l’industrie pour des tâches complexes non automatisées, telles que des étapes de montage/démontage. Ce type de travail comporte en effet des risques de blessures graves. Selon l’organisme britannique Work Foundation Alliance, 44 millions d’ouvriers de l’Union européenne sont touchés par des troubles musculo-squelettiques liés à leur lieu de travail, représentant par ailleurs un coût annuel de 240 millions d’euros.

L’étape de développement en cours implique la modélisation et la simulation de l’exosquelette dans une usine virtuelle, qui sont réalisées à l’IAO. La démonstration d’un prototype sera notamment réalisée dans l’entreprise française Indra SAS, spécialisée dans le recyclage de véhicules. La déconstruction d’un nombre important de véhicules différents implique à la fois des travaux très manuels et de lourdes charges.

Le projet, d’une durée prévisionnelle de trois ans, a été financé à hauteur de 4,5 millions d’euros par l’Union européenne. Il est dirigé par Hans Wernher van de Venn de l’Université des Sciences Appliquées de Zurich, et géré par l’entreprise accelopment AG en Suisse.

Pour en savoir plus, contacts :

 

Carmen Constantinescu, Institut Fraunhofer d’ingénierie industrielle (IAO) de Stuttgart – tél. : +49 711 970 2282

 

Sources :

 

“New solution in human-machine cooperation”, communiqué de presse de l’Institut Fraunhofer d’ingénierie industrielle (IAO) de Stuttgart – 10/09/2013 – http://redirectix.bulletins-electroniques.com/OgrFs

 

Rédacteurs :

Aurélien Filiali, aurelien.filiali@diplomatie.gouv.fr – http://www.science-allemagne.fr