11 septembre 2017

Construction d’un centre pour la physique et la médecine à Erlangen

La société Max Planck, l’université d’Erlangen et l’hôpital universitaire d’Erlangen s’unissent pour fonder une nouvelle structure visant à intégrer les sciences physiques dans la recherche médicale. Le Centre de physique et de médecine d’Erlangen accueillera ainsi des physiciens et mathématiciens sur le site de l’hôpital universitaire. Le projet est soutenu par le Land de Bavière à hauteur de 60 millions d’euros, destinés à la construction du centre et à l’équipement scientifique initial.

La physique est largement utilisée en sciences biomédicales, en particulier dans le domaine de l’imagerie médicale (rayons X, IRM…). Cependant elle offre aussi de nouvelles possibilités dans l’étude et la caractérisation des tissus malades et pour la recherche et le traitement de pathologies. Le centre permettra ainsi à la communauté scientifique de mieux comprendre les processus mécaniques, électriques et chimiques à l’œuvre dans l’inflammation et le cancer, afin d’en améliorer le diagnostic et le traitement.

Les chercheurs étudieront notamment les processus d’inflammation aigüe et chronique, qui interviennent dans de nombreuses formes de cancers. La recherche actuelle se concentre principalement sur des cellules individuelles, mais les processus à l’œuvre dans les complexes cellulaires et dans les espaces intercellulaires sont toujours largement inexplorés. Les chercheurs devront développer de nouvelles méthodes et instruments afin d’étudier les facteurs physiques à l’œuvre dans les espaces intercellulaires durant l’émergence de la maladie (températures, forces, mobilité cellulaire, pH, taux de sel, concentration en radicaux libres, etc.).

Ils pourront ainsi exploiter les connaissances basiques et techniques déjà disponibles dans le domaine de la physique expérimentale et les transposer afin de développer ces nouvelles méthodes de mesure innovantes pour les tissus biologiques. De plus, les chercheurs aimeraient comprendre comment rigidité et élasticité des cellules changent lorsque celles-ci deviennent malades. Les médecins pourraient alors utiliser les propriétés mécaniques des cellules à des fins thérapeutiques et ainsi prévenir le développement de la maladie.

Le centre devrait permettre non seulement d’améliorer la coopération entre physiciens et médecins, mais également de renforcer l’économie de la région grâce à l’intensification de la recherche et au développement de nouvelles méthodes de diagnostic.

Sources :

Rédactrice : Laura Voisin, laura.voisin[at]diplomatie.gouv.fr