logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

6,3 millions d’euros pour une étude sur le vieillissement à Berlin

Après le succès de la première étude sur le vieillissement menée à Berlin, BASE-I [1], le Ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche (BMBF) a décidé de soutenir un nouveau projet similaire à hauteur de 6,3 millions d’euros pour les trois prochaines années : BASE-II. Ce dernier a pour objectif de mieux comprendre les mécanismes fondamentaux du vieillissement et d’identifier les causes de la bonne santé et de la maladie chez les personnes âgées. L’étude suivra 2.200 adultes et recensera des données physiques, génétiques, immunologiques, psychologiques et socio-économiques.


Après le succès de la première étude sur le vieillissement menée à Berlin, BASE-I [1], le Ministère fédéral de l’enseignement et de la recherche (BMBF) a décidé de soutenir un nouveau projet similaire à hauteur de 6,3 millions d’euros pour les trois prochaines années : BASE-II. Ce dernier a pour objectif de mieux comprendre les mécanismes fondamentaux du vieillissement et d’identifier les causes de la bonne santé et de la maladie chez les personnes âgées. L’étude suivra 2.200 adultes et recensera des données physiques, génétiques, immunologiques, psychologiques et socio-économiques.

 

“La probabilité qu’une personne âgée reste en bonne santé ou tombe malade peut être influencée dans de nombreux cas. BASE-I nous l’a déjà démontré. Nous voulons à présent étudier plus en détail les facteurs de risques grâce à de meilleurs méthodes” explique Elisabeth Steinhagen-Thiessen de l’hôpital de la Charité à Berlin, porte-parole du projet BASE-II et impliquée dans la création de la première étude, il y a plus de vingt ans, avec Paul B. Baltes de l’Institut Max Planck de recherche en formation de Berlin.

 

Contrairement à BASE-I, BASE-II étudiera en parallèle les données d’un groupe contrôle de jeunes adultes. Ceci permettra de comparer le processus d’évolution lié à l’âge avec celui d’un groupe plus jeune. Au sein de ce groupe contrôle, le passage d’adulte jeune à adulte d’âge moyen pourra par la suite être suivi. La nouveauté viendra aussi du recensement systématique des aspects génétiques et immunologiques pour chaque patient.

 

L’étude est coordonnée, outre Elisabeth Steinhagen-Thiessen, par Ulman Lindenberger de l’Institut Max Planck de recherche en formation, Gert G. Wagner de l’Insitut allemand de recherche économique (DIW, Berlin), Lars Bertram, de l’Institut Max Planck de génétique moléculaire (Berlin), et Graham Pawelec du Centre de recherche médicale de l’Université de Tübingen (Bade-Wurtemberg).

 

 

[1] BASE-I a suivi plus de 500 sujets depuis 1999.

 

 

Pour en savoir plus, contacts :

Prof. Elisabeth Steinhagen-Thiessen – Groupe de recherche “gériatrie”, Charité, Berlin – tél. : +49 30 4594 1900 – email : elisabeth.steinhagen-thiessen@charite.de

 

Sources :

– ” Altersforschung in Berlin schreitet voran – Zweite Berliner Altersstudie erhält 6,3 Millionen Euro”, communiqué de la Charité – 27/01/2012 – http://redirectix.bulletins-electroniques.com/RyMBM
– “6,3 Millionen für Berliner Altersstudie”, article du Tagesspiegel – 30/01/2012

 

Rédacteurs :

Claire Cécillon, claire.cecillon@diplomatie.gouv.fr – https://www.science-allemagne.fr