logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Actualités sur la bioraffinerie de Leuna

Le Centre Fraunhofer pour les processus chimiques et biotechnologiques (CBP) de Leuna (Saxe-Anhalt) a développé au cours des quatre dernières années une installation pilote de bio-raffinage du bois pour la production de lignine permettant la synthèse de polyuréthane, de résine ou encore de mousses. Si des optimisations restent encore à faire, la viabilité technique à plus grande échelle tout comme la rentabilité du procédé devraient être atteintes dans la phase ultérieure du développement d’un procédé industriel.


Le Centre Fraunhofer pour les processus chimiques et biotechnologiques (CBP) de Leuna (Saxe-Anhalt) a développé au cours des quatre dernières années une installation pilote de bio-raffinage du bois pour la production de lignine permettant la synthèse de polyuréthane, de résine ou encore de mousses. Si des optimisations restent encore à faire, la viabilité technique à plus grande échelle tout comme la rentabilité du procédé devraient être atteintes dans la phase ultérieure du développement d’un procédé industriel.

La raffinerie pilote peut actuellement transformer 620kg de copeaux de bois par semaine en utilisant le procédé Organosolv qui ” […] consiste à solubiliser et extraire la lignine et les hémicelluloses dans un solvant organique (en général méthanol ou éthanol)” [1]. Ce procédé est utilisé depuis longtemps dans l’industrie papetière et a pour avantage de permettre une récupération quasi intégrale de la lignine, néanmoins il pose le problème du recyclage du solvant utilisé. La cellulose et l’hémicellulose sont récupérées séparément et peuvent ensuite être transformées en glucose, afin de fermer la boucle matière du processus.

Les coûts de production estimés sont à 160 euros ou 250 euros par tonne de lignine pour une production respectivement avec ou sans utilisation d’acide sulfurique, ce qui positionnerait le procédé bien en dessous des prix sur le marché mondial du phénol. La lignine constituerait en effet un substitut rentable et écologique au phénol, produit à partir de combustibles fossiles. Le nouveau procédé aurait ainsi une empreinte carbone de 50 à 80% moindre.

Le projet de bioraffinerie a été porté par l’Agence pour les ressources renouvelables (FNR) avec le soutien du ministère allemand pour l’agriculture et l’alimentation (BMEL).

Pour en savoir plus, contacts :

Nicole Paul – Fachagentur Nachwachsende Rohstoffe e.V – tél. : +49 3843 6930-142 – email : n.paul@fnr.de -http://www.fnr.de/

Sources :

– “Pilotbioraffinerie erzeugt Zucker und Lignin für Kunststoffe, Schaume und Harze”, dépêche idw, communiqué de presse de la FNR – 15/10/2014 – http://idw-online.de/pages/en/news608287
– [1] Définition issue de “La transformation de la biomasse lignocellulosique par voie biochimique”, IFP Energies Nouvelles.

Rédacteurs :

Sean Vavasseur, sean.vavasseur@diplomatie.gouv.fr – https://www.science-allemagne.fr