Des alternatives à la viande issues de cultures de champignons pourraient contribuer à préserver l’environnement, selon des chercheurs de l’Université de Potsdam

Si, d’ici 2050, un cinquième seulement de la consommation de bœuf par habitant était remplacé par des alternatives à base de protéines microbiennes, cela pourrait réduire de moitié la déforestation mondiale : c’est le résultat d’une nouvelle analyse de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique (Potsdam-Institut für Klimafolgenforschung : PIK), publiée dans la revue spécialisée Nature, qui examine pour la première fois de manière exhaustive les effets possibles de cette consommation alternative sur l’environnement.

Lire la suite

L’épandage des boues d’épuration sur les champs agricoles provoque la pénétration de microplastiques dans les couches profondes du sol et sur les zones adjacentes

Le fait que les boues d’épuration provenant des stations d’épuration municipales contiennent une forte proportion de microplastiques a déjà été démontré dans des études antérieures. On soupçonnait que l’utilisation de ces boues pour fertiliser les champs pouvait favoriser l’apport incontrôlé de microplastiques dans l’environnement. Aujourd’hui, des études menées dans le cadre du projet MicroCatch_Balt, financé par le ministère fédéral allemand de l’éducation et de la recherche, confirment cette hypothèse.

Lire la suite

Le conseil consultatif allemand pour le changement global publie son rapport sur le changement d’affectation des sols

Le conseil consultatif allemand sur le changement global (WBGU) a rendu public le 3 novembre 2020 son rapport « Changement d’affectation des sols dans l’anthropocène : de la concurrence à l’intégration » au cours d’une conférence de presse organisée en présence des ministres allemandes de la recherche et de l’environnement. Le rapport fait le constat des liens entre le changement climatique, la crise alimentaire et la perte de biodiversité. Il estime que les trois enjeux doivent être traités ensemble et formule des recommandations d’actions à mettre en œuvre dans ce sens.

Lire la suite

ClimaTalk 2019 : montée des mobilisations, recul des prévisions – Quel futur climatique pouvons-nous raisonnablement espérer ?

Anne Larigauderie, écologue spécialiste de la biodiversité et secrétaire exécutive de l’IPBES, organisme de l’ONU chargé d’évaluer l’état des milieux naturels et Alexander Popp, directeur de recherche au PIK (Institut de recherche de Potsdam sur le climat) qui coordonne l’élaboration du modèle mondial d’utilisation des terres  » Modèle de la production agricole et de ses impacts sur l’environnement  » (MAgPIE), dialogueront avec le public lors de notre Climatalk 2019: Rendez-vous le le 12 décembre, 18h- 20h, Auditorium de l´Ambassade de France à Berlin. Un long moment d´echange avec le public est prévu.
Cette conférence sera ouverte par Anne-Marie Descôtes, Ambassadrice de France en Allemagne.

Lire la suite

Présentation de la politique de développement durable du ministère fédéral allemand de l’alimentation et de l’agriculture

Le ministère fédéral allemand de l’alimentation et de l’agriculture (BMEL) publie un rapport présentant la stratégie allemande pour le développement durable. Alimentation, agriculture, sylviculture, pêche et zones rurales : dans ces trois domaines, le BMEL s’engage en faveur du développement durable – au niveau national et mondial. Conformément à l’Agenda 2030, le ministère poursuit des objectifs clairs : garantir la biodiversité, lutter contre la faim et le gaspillage alimentaire, créer des conditions commerciales équitables, garantir les écosystèmes marins et mieux protéger l’environnement et le climat.

Lire la suite

L’expérimentation animale en Allemagne

Le ministère fédéral allemand de l’Alimentation et de l’Agriculture (BMEL) et l’office fédéral des statistiques publient chaque année les chiffres concernant la recherche animale en Allemagne.

En 2017, 2,8 millions d’animaux ont été utilisés pour la recherche, dont 2,068 millions pour des expérimentations animales, et 738 484 abattus pour un prélèvement d’organes (la recherche sur des cellules ou des organes prélevés sur des animaux n’est pas considérée comme relevant de l’expérimentation animale par la loi allemande). Ce nombre est relativement stable depuis 2015 . A titre de comparaison, 1,9 millions d’animaux ont été utilisés pour la recherche en France en 2017.

Lire la suite