logo

Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne

mariane

Sciences de la matière

Un acier aux propriétés équivalentes à celles du titane, mais trois fois moins coûteux

Au sein de l’anneau de stockage BESSY II [1], des aimants puissants transmettent aux électrons une trajectoire ayant la forme d’une onde pour produire le rayonnement synchrotron. Afin d’augmenter la brillance du rayonnement, il est par ailleurs prévu de faire fonctionner BESSY II à des températures extrêmement basses. Les fixations des aimants dans les onduleurs doivent donc être résistantes à des forces d’une extrême intensité, à très basse température, tout en restant insensibles aux champs magnétiques. Jusqu’à présent, ce sont des alliages de titane très coûteux qui remplissaient cette fonction.

Optimisation du remplissage des structures poreuses dans les électrodes de batteries

Les matériaux utilisés dans les électrodes des batteries modernes possèdent une structure poreuse. Les pores possèdent des dimensions de l’ordre du micromètre et assurent ainsi une grande surface d’échange avec l’électrolyte, le liquide permettant le transport des ions entre l’anode et la cathode. Afin de permettre le fonctionnement optimal de la batterie, ces pores doivent être entièrement saturés en électrolyte. Néanmoins, les procédés industriels utilisés jusqu’à présent ne permettent pas un remplissage optimal de ces pores : les techniques sont coûteuses, et le processus dure plusieurs heures.

Ouverture d’un Centre Fraunhofer sur les composites au Canada

La signature en juillet 2011 d’un accord entre l’Institut Fraunhofer pour la technologie chimique (ICT) et l’Université de Western Ontario de Londres (Canada) avait officialisé une collaboration de plusieurs années entre scientifiques allemands et canadiens. Cet accord se concrétise par la création du Centre-projet Fraunhofer pour la recherche en composite (FPC).

Cloud computing : l’Institut Hasso Plattner de Potsdam mène un projet avec la Chine

L’Institut Hasso Plattner (HPI) de Potsdam (Brandebourg) apporte son expertise scientifique en Cloud computing dans deux nouveaux projets. Le premier est mené par l’HPI suite à une demande de collaboration avec des chercheurs en Chine, l’autre est réalisé pour le compte du Ministère fédéral de l’économie (BMWi).

Stefan Hell reçoit le Prix Körber pour son travail sur la microscopie

Le physicien Stefan Hell [1] a reçu le prix Körber, doté de 750.000 euros, pour ses travaux en microscopie. Le microscope STED [2] (stimulated-emission-depletion ou déplétion par émission stimulée) qu’il a développé permet pour la première fois d’observer des cellules vivantes. Le chercheur de l’Institut Max-Planck de chimie biophysique (MPIBPC) de Göttingen (Basse-Saxe) a posé les principes de la microscopie STED en 1994, dont le principe fut démontré expérimentalement en 1999. La limite de résolution n’est alors plus imposée par la longueur d’onde de la lumière et permet d’atteindre une résolution de 35 nm en champ lointain